1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Sur Google Sur Twitter Sur Facebook Sur votre MySpace Sur Digg.com

Outhman Feraoune, le Souiri aux poings d'or

Le 2016-09-25 20:27:09

outhmanferraoune Quand on nous parle de sport à Essaouira, on pense toujours au kite, au surf, ou à la planche à la voile. Et pourtant, les champions se révèlent parfois en dehors de l'eau. Outhman Feraoune est l'un deux. Sur le ring ou dans la vie, cet athlète aux poings d'acier porte haut les couleurs de la ville.

 

 

 

 

 

 

Portrait d'Essaouira : Outhman Feraoune, l'avenir de la boxe souirie

Vous connaissez Essaouira comme la ville du vent, la fille de l'eau, et la prêtresse de l'art. Pourtant, en dehors des ateliers d'artistes et des planches de surf, il existe un sport où les Souiris savent se faire valoir. La boxe, ce noble art, est en passe de devenir incontournable dans la cité des alizés.

Comme chaque année, la Fédération Marocaine de Boxe organise ses championnats. En 2016, ce ne sont pas moins d'une petite trentaine de boxeurs souiris (dont une dizaine de filles) qui ont représenté notre ville sur le ring. Parmi eux, quelques-uns, encore méconnus, ont pourtant ramené des titres. Pour ne citer qu'eux, Yassir El Gharbaoui est devenu Champion du Maroc et médaillé d'argent aux Championnats des Pays Arabes Junior ; Ayoub El Moutouakil est Champion du Maroc Espoir et la seule fille médaillée, Hanane Adjan, est Championne du Sud et N°2 aux Championnats du Maroc. Rien que ça …

S'il fallait ajouter un nom de plus à la liste de nos champions souiris, Outhman Feraoune est certainement le plus illustre d'entre eux

Parti de rien, il est aujourd'hui le seul Souiri devenu professionnel. A seulement 26 ans, il suit un parcours prometteur, à l'image de ses idoles. Ambassadeur de la ville, il se bat pour ses rêves, et pour développer cet art encore dénigré et méconnu.

Découvrez cet athlète aux poings d'or, et si le cœur vous en dit, rejoignez le dans la salle qu'il vient de prendre en charge. Car la boxe, loin d'être le sport violent que tout le monde s'imagine, est avant tout une école de la vie, ouverte aux jeunes et aux moins jeunes, et même aux femmes ! Une pratique sportive complète, qui vous donnera confiance en vous et vous fera dépasser vos limites.

3, 2, 1 … Fight !


L'interview

→ Pouvez-vous vous présenter en qq mots ?

Je m’appelle Outhman Feraoun, j’ai 26 ans. Je suis né et vit à Essaouira. J’habite Hay Lafrina, c’est un quartier populaire derrière le magasin Aswak Assalam. J’ai quitté l’école au collège pour aider mon père artisan de zelliges, faillances et cheminées. J’ai 3 sœurs et 3 frères.

→ Dans les grandes lignes, quel est votre parcours professionnel ?

Dans mon quartier, j’étais bagarreur. Les voisins se plaignaient à mes parents. Ma mère m’a inscrit au Karaté. Après un mois d’initiation, le prof a expliqué qu’il valait mieux m’amener dans un sport où on tapait plus. Donc pourquoi pas la boxe ? Mon grand-frère, actuellement professeur à côté de Safi et qui prépare un doctorat, pratiquait le full-contact chez Mohamed Kousmat. Il m’a inscrit dans sa salle. C’est la première fois que je rencontrais M. Kousmat, ancien champion du Maroc de boxe anglaise en 1978. Malheureusement, ce dernier passant 6 mois aux US et 6 mois à Essaouira, il ne pouvait pas me suivre. Il a pourtant remarqué que je montrais des qualités particulières pour les techniques de poings. 

C’est comme cela qu’à 15 ans, en 2005, je me suis inscrit dans le seul club de boxe anglaise à Essaouira, dont un ami m’avait parlé. L’entraineur était M. Boujemmaa Zahrane. Ce fut le début de ma pratique en compétition, fin 2006. Depuis, mon rêve a été de devenir champion en boxe anglaise professionnelle (je précise qu’il n’y a aucun boxeur pro à Essaouira) et mon idole était Myke Tyson. Parallèlement, je travaillais avec mon père que j’aidais dans ses chantiers. En 2007 et 2008 ont eu lieu mes premières participations au championnat régional où j’ai été éliminé en finale avec le titre de vice champion régional. 

En 2009, Omar Karbil, président de mon club l’ASEB, décide de venir nous entrainer. Je découvre qu’il est le boxeur le plus titré à Essaouira, 3 fois champion du Maroc et Vice champion d’Afrique. Je gagne alors mon premier titre de champion de ligue (championnat régional), puis médaille d’argent à la coupe des espoirs et demi-finaliste du championnat du Maroc Espoirs. 

Fin 2009, le rêve se brise car la salle est fermée. Plus de boxe à Essaouira. En 2010, Jamal Lhiri, un camarade de mon club et multiple champion régional, me contacte pour me dire qu’il a rencontré un certain Saïd Bouzid, ancien entraîneur en France, et qu’il veut bien nous aider. Nous avons commencé les entraînements dans la nature et c’est Saïd qui nous a dit qu’il ne fallait en aucun cas arrêter la compétition et qu’il allait nous inscrire dans un club de Safi, tout en continuant à s’entrainer sur Essaouira. Mohamed Kousmat, ayant appris cela, a mis ses 2 salles à la disposition de Saïd. 

En 2012, nous étions 4 champions de ligue à Essaouira mais au nom de la ville de Safi. C’est également l’année où j’ai perdu en demi-finale de championnat du Maroc contre notre fierté nationale actuelle Mohamed Rabii – devenu le seul champion du monde arabe en 2015 et le seul sportif marocain médaillé olympique aux JO de Rio. Suite à ces victoires un nouvel élan a été donné à la boxe à Essaouira. 5 autres clubs de boxe se sont créés et Said Bouzid et Mohamed Karbil ont réussi à faire renaitre l’ASEB dans la vieille salle de basket prêtée par la Mairie, mais avec seulement 3 créneaux horaires par semaine le soir. 

En 2013, Saïd est parti vivre à la campagne. J’allais effectuer quelques entrainements par mois chez Saïd tout en m’entrainant avec Karbil dans la salle de basket. En 2014, j’ai été une nouvelle fois champion de ligue et sélectionné à un stage national. J’ai encore perdu en ¼ de finale et c’est là où Saïd m’a parlé. Il m’a dit que je devais faire des choix et sacrifier quelque chose. Je devais pouvoir m’entrainer au minimum 2 fois par jours 6 fois par semaine. 

Un mois après cette défaite, j’ai décidé de venir m’installer à la campagne. Cela m’a contraint à arrêter d’aider mon père dans les chantiers. Je n’avais donc pas le droit à l’échec. Fin 2014, je participe à 3 combats, desquels je suis victorieux, dont 2 avant la limite, ce qui m’a permis d’être sélectionné par la fédération dans la filière professionnelle APB (AIBA Professional of Boxing) ainsi que mon co-équipier Jamal Lhiri, mon ami, ce qui était une première pour le ville d’Essaouira. 

En juin 2015, je deviens champion du Maroc APB, appelé « tournoi des excellents ». En 2016, j’ai été sélectionné par la Fédération en WSB (World Series of Boxing) dans la même catégorie que Rabii en tant que remplaçant. Malheureusement pour moi – et tant mieux pour le Maroc – Mohamed Rabii n’a pas été blessé et a eu le succès qu’on lui connait. Entre temps, Saïd Bouzid, qui est devenu officiellement détecteur et coach de boxeurs auprès du groupement professionnel, présidé par le grand champion marocain de boxe pro en 12 rounds, Kalid Rahilou, m’a permis d’assister à des stages, à des soirées de boxe professionnelle en sa compagnie. 

C’est lors du Championnat d’Afrique de boxe pro à Kenitra, où j’ai vu Saïd coacher les boxeurs, que j’ai vraiment pris conscience de ce qu’était le monde de la boxe professionnelle, celle de Tyson et de Mohamed Ali, de ses contraintes et sacrifices et que j’ai décidé d’abandonner définitivement l’amateurisme afin de tenter ma chance chez les pros

Evidemment, nous n’avons toujours pas de salle digne de ce nom dédiée à la boxe à Essaouira, et n’ayant pas de sponsors, je suis obligé de gagner ma vie. Le sort à voulu que le propriétaire de la salle du port a décidé provisoirement de me donner la charge de 3 journées entières dans sa salle et d’y organiser les entrainements comme je l’entends, ce qui va me permettre d’assurer un revenu minimum à ma famille tout en m’entraînant.

→ Qu’est-ce qui vous a donné envie d’exercer votre métier ?

Voir les grands champions à la TV, l’encouragement de tous mes profs, et l’envie de devenir un champion du monde professionnel marocain comme le grand champion franco-marocain Kalid Rahilou.

→ Quelles sont les 3 étapes les plus importantes dans votre carrière personnelle ? 

- Quitter le collège à 12 ans pour aider ma famille alors que j’étais bon à l’école.

- La rencontre avec Saïd Bouzid qui m’a ouvert les yeux sur les qualités requises de la boxe professionnelle et m’a hébergé et entrainé chez lui. En m’investissant à fond dans l’entrainement et en réussissant le défi de boxer en 6 rounds (alors que la boxe amateur et olympique est en 3 rounds), j’ai pu lui montrer que j’étais un bosseur, et que j’avais une très grande motivation. J’espère que je lui ai donné des raisons de croire en moi …

- Ma sélection avec l’équipe nationale et mon arrivée deuxième sur quinze athlètes, juste derrière le médaillé olympique Mohamed Rabi3 au test de course de cooper, le premier jour au centre Moulay Rachid à Rabat, qui teste la capacité d’endurance physique.

→ Quels sont vos meilleurs souvenirs à Essaouira ou liés à Essaouira ?

L’accueil triomphal à la gare routière le 14 juin 2015 après être devenu champion du Maroc des Excellents par plus de 300 personnes, la famille, les voisins et les amis ainsi que les autorités qui ne comprenaient pas ce qui se passait à la gare.

→ Quel est votre lieu préféré à Essaouira ?

Talaat Azlef où j’aime admirer la vue panoramique de cette belle ville, ma ville, la « bien dessinée », et surtout après un long footing pour y arriver et m’y reposer en m’étirant.

→ Que conseillez-vous à quelqu’un qui vient visiter la ville d’Essaouira ?

Poisson frais, son  calme, sa tranquillité, ses gens très serviables… La visiter à pieds et courir les pieds dans l’eau le long de sa belle plage.

→ Un message à faire passer à tous ceux qui vont vous lire ?

Aidez-nous à développer ce sport, le noble art, sans compter que c’est cette discipline qui a honoré le Maroc de sa seule médaille aux derniers JO de Rio et qu'il demande un minimum d’investissement financier.


Informations et contact : 

Cours de boxe (tout âge, toute catégorie)
Salle de sport du port
Mardis, jeudis et samedis de 10h à 22h

Outhman Feraoune
+212 6 95 40 00 16
Suivez le également sur Facebook
 

Emeline, pour Vivre Essaouira, le 25 septembre 2016


 

Sondage

Votre première impression sur Vivre Essaouira?


Essaouira

Retrouvez toutes les informations utiles pour vos vacances et vos séjours à Essaouira Mogador sur Vivre Essaouira, le premier Guide du tourisme d'Essaouira. Vivre Essaouira est votre média d’information sur la ville d’Essaouira Mogador et sa région. C’est également un véritable guide du tourisme à Essaouira et sa région puisqu’il regroupe à la fois des informations de qualité publiées quotidiennement (culture, tourisme, vie quotidienne, sport, etc.) et une sélection des bonnes adresses à Essaouira Mogador.


Inscription Newsletter

Form Object

News