1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer
Sur Google Sur Twitter Sur Facebook Sur votre MySpace Sur Digg.com

CAP SIM Essaouira

Le 2013-10-13 11:10:33

Cap SIM Essaouira C’est une balade virtuelle sur le site « Rivages d’Essaouira », de l’écrivain ethnologue, Abdelkader Mana, qui m’a donné l’envie de revoir le CAP SIM, si bien décrit par l’enfant du pays.

 

 

 

 

 

CAP SIM
Si le moyen le plus rapide d’y parvenir est incontestablement l’emprunt d’un quad, les marcheurs courageux parcourront une bonne vingtaine de kilomètres en longeant la mer au sud d’Essaouira, dépassant Diabat, le Golf et les travaux du plan Azur.

De préférence par un jour sans vent, au gré de la marée, ils progresseront parmi dunes et broussailles, dans l’incessante rumeur de l’océan dont le ressac roule sans arrêt, bois flottés, coquillages, algues et petits galets. Point de solitude sur le rivage où  circulent, quads, chevaux et dromadaires sans compter quelques vaches marines et toutes sortes d’oiseaux affairés. Ca et là, des pêcheurs ont planté leur bicoque précaire et proposent aux rares passants de déguster, sur place, la prise frétillante de l’instant !

Pour les moins vaillants, le moyen de découvrir le CAP SIM  reste la voiture, en empruntant la route d’Agadir, puis celle de Sidi Kaouki, vers le village de Ouassène. Après avoir longé un champ d’éoliennes inauguré en 2007, qui alimente toute la région en électricité, les 5 à 6 kilomètres menant au Cap peuvent être faits à pieds ou en 4X4. La piste surplombe l’océan et la promenade parmi les arganiers est tout aussi plaisante que celle du bord de mer. Les petits gardiens rieurs n’essaient pas de regrouper les chèvres éparpillées sur le sentier aride et caillouteux ; leur préoccupation première, c’est le lance-pierre ! De très dignes grand-mères Berbères, drapées dans des robes multicolores, juchées sur de récalcitrants ânons, ne daignent pas nous céder le passage et nous en profitons pour une séance photos. En contrebas voici la grotte, repère bien connu des surfeurs de la région. La jonction entre mer et colline se fait au niveau du phare construit en 1937 sous le protectorat.

L’heureuse rencontre avec un pêcheur du coin, étonnamment bilingue, nous permet de pénétrer dans l’enceinte de l’édifice où des écuries en parfait état font un clin d’œil au siècle passé. A perte de vue, l’immense baie plonge dans un ciel sans nuages. Le Néolithique y a laissé des traces avec ses « pointes Mogadoriennes » en silex, si bien taillées que les historiens ne peuvent deviner à quelle activité précise elles étaient consacrées. Ici, entre falaise et sable, arganiers, genévriers et thuyas, l’Atlas plonge dans la mer et longtemps nous admirons le jeu des Cormorans, et celui des Goélands qui se laissent emporter loin, dans l’infini azuré.

(Merci à Stéphane et Cathy pour ce grand bol d’air)


 

Sondage

Votre première impression sur Vivre Essaouira?


Essaouira

Retrouvez toutes les informations utiles pour vos vacances et vos séjours à Essaouira Mogador sur Vivre Essaouira, le premier Guide du tourisme d'Essaouira. Vivre Essaouira est votre média d’information sur la ville d’Essaouira Mogador et sa région. C’est également un véritable guide du tourisme à Essaouira et sa région puisqu’il regroupe à la fois des informations de qualité publiées quotidiennement (culture, tourisme, vie quotidienne, sport, etc.) et une sélection des bonnes adresses à Essaouira Mogador.


Inscription Newsletter

Form Object

News